Indépendance financière : conseils à mes enfants

Ce que la société attend de nous

Notre système éducatif n’a pas prévu de nous apprendre à gérer notre argent. L’école nous forme à devenir des salariés et à travailler toute notre vie pour une entreprise ou une administration. Les personnes qui ouvrent un commerce ou créer une entreprise tiennent généralement leur capacité d’entreprendre de leur famille ; ils ont vu leurs parents faire donc ils savent que c’est possible.

Quand j’ai entamé mes études supérieures, je ne savais pas ce qu’était une action. Je ne faisais pas la différence entre dividende et variation de valeur de l’action. Je ne comprenais pas ce qu’était une obligation. Je ne connaissais pas la fiscalité.

Tout le long de mes études, à aucun moment, ne met venu l’idée que je pourrais développer mes connaissances avec l’objectif de créer une entreprise. Ce n’était pas ce que l’université attendait de moi. Elle me formait pour devenir une salariée-consommatrice.

Acheter sa résidence principale me semblait important car j’avais vu mes parents acheter leur maison mais l’investissement dans le locatif m’apparaissait comme risqué.

Il m’a fallu des années pour apprendre et comprendre tout cela et si j’avais commencé plus tôt à investir ou si j’avais créé une entreprise, j’aurais gagné beaucoup de temps.

Je ne veux pas que mes enfants perdent ce temps et voilà ce que je leur dirai (que j’ai déjà commencé à leur dire…) pour leur confort financier.

Déjà, dès l’âge de 14 ou 15 ans, j’ai commencé à expliquer les concepts de bourse, action, scpi et la fiscalité qui va avec. Ils me voient gérer les locations, acheter et revendre et je leur explique le pourquoi et le comment. Il faut répéter plusieurs fois avant que les concepts soient bien intégrés. Il faut aussi leur ouvrir les yeux sur la situation politico-économique dans leur pays mais aussi à l’étranger, ça peut toujours servir…

Les conseils pour le jeune investisseur débutant

Epargner

Faire de bonnes études : soit parce qu’on a une vocation (médecin, chercheurs, artiste, ébéniste…), soit dans un domaine où on est certain de trouver du travail et un bon salaire qui permettra de profiter de la vie, de se créer un patrimoine et de développer des compétences qui permettront de créer sa propre structure le moment venu. Faire des études longues restent à mon avis le meilleur investissement quand on vient d’un milieu modeste. En France, rappelons-le, les études sont gratuites. Cependant si votre enfant n’aime pas l’école, il ne faut pas hésiter à l’orienter vers un métier technique en tension. Un artisan gagne souvent bien mieux sa vie que la plupart des cadres!

Ouvrir un compte bancaire chez une banque en ligne: les banques en ligne sont plus réactives et les frais bancaires souvent plus faibles que les banques classiques.

– Economiser dès le premier salaire pour se constituer une épargne dès le début

– Mettre en place une épargne de précaution en fonds en euros au sein de l’assurance vie que papa et maman auront pensé à souscrire pour eux. L’épargne de précaution ne sert pas uniquement à s’acheter une nouvelle voiture. Elle sert surtout à se donner la possibilité de saisir de nouvelles opportunités quand elles se présentent: par exemple quitter son emploi pour en chercher un mieux rémunéré ou bien se former.

Investir: choisir son premier investissement quand on est jeune

– SCPI : on peut investir des petits montants. Réfléchir à l’opportunité d’acheter en nue-propriété.

– Assurance vie : en ligne avec YOMONI ou We save. Ici aussi on peut investir de petits montants. Les frais des banques de placement en ligne, qui utilisent des robo-advisor et achètent des trackers, sont beaucoup plus faibles que les banques habituelles. Sur le long terme ça fait une grosse différence.

– Acheter son logement personnel à crédit: ne pas avoir d’un emprunt. La résidence principale doit être considérée comme un placement, un investissement immobilier. On n’est pas obligé de garder sa première maison toute sa vie. On peut la rénover pour lui faire prendre de la valeur, la revendre, en acheter une autre…

– Ne pas dépenser n’importe comment : Netflix et autres abonnements, vêtements en quantités, acheter plutôt moins mais de bonne qualité.

– Puis, quand ils seront un peu lancés dans la vie, investir à crédit pour profiter des effets de leviers en diversifiant dans l’immobilier locatif, la bourse, les SCPI

YOMONI: Offre de bienvenue jusqu’à 200 euros


Pour aller plus loin, interessez-vous au mouvement Frugaliste

Tous ces conseils sont évidemment valables dans un contexte politico-économique stable, sans guerre civile et sans catastrophes climatiques, ce que malheureusement nous ne pouvons pas garantir à nos enfants.

Du coup je me pose cette question à tendance survivaliste: Faut-il acheter de l’or ?

Leave a Comment